Président du Département de la Gironde, Conseiller départemental du canton Sud Gironde
image
La Gironde
Salient
image
Me contacter
image
Me connaître

Suivez mes actualités...

au jour le jour

Au quotidien, une présidence en action

Page facebook

En direct depuis ma page facebook, consultez mes dernières publications. La page facebook est accessible publiquement sans devoir disposer d'un compte personnel.

Vous pouvez également suivre toute l'actualité du Département de la Gironde sur son site institutionnel.

Newsletter

Inscrivez-vous pour rester informé. Vous recevrez un email de validation. Choisissez les informations pour tout le Département et/ou pour le Sud Gironde en cochant la case correspondante.

Mes derniers articles

Marche après marche, visons ensemble le sommet de l’égalité !

En 2018, les femmes françaises gagnent toujours en moyenne 27% de moins que les hommes. Elles effectuent encore à ce jour 80% des tâches ménagères. Ces discriminations sont une injustice inadmissible.

Plus grave encore, les violences qu’elles peuvent subir. Elles sont bien trop souvent minorées, quelles que soient les catégories socioprofessionnelles et l’actualité récente nous le démontre.  

 

Au Conseil départemental, première assemblée paritaire de France, nous n’avons pas attendu les révélations de l’affaire Weinstein pour nous saisir du sujet de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et en faire un axe fort de nos actions.

Dès la première année de ma mandature, j’ai souhaité créer une délégation spécifiquement dédiée à cette mission. Pour qu’elle soit à l’image de notre territoire, je l’ai confiée au binôme Clara Azevedo et Jean Galand, conseillère et conseiller départementaux, représentant à la fois les territoires urbains et ruraux, dont je salue la mobilisation pour relever ce défi de société.

 

Leur feuille de route est ambitieuse puisque le rapport égalité femmes-hommes, voté chaque année par l’assemblée plénière du Département, fixe 28 objectifs à notre collectivité en termes de promotion de l’égalité femmes-hommes, à la fois internes à l’institution et ouverts sur la société, dans le cadre de la mise en œuvre des politiques publiques.

Je vous invite à consulter le détail du plan d’action sur le site du Département : https://www.gironde.fr/le-departement/legalite-femmes-hommes

 

La défense de l’égalité à l’échelle du Département traverse des sujets aussi divers que les missions envers l’enfance et la jeunesse, la gestion du RSA et des crédits européens ou, entre autres exemples, l’attribution des marchés publics. De plus, dans la mesure où il s’agit d’un défi partagé, le Département participe également à des actions de sensibilisation auprès de ses partenaires et soutient des initiatives locales en faveur de l’égalité femmes-hommes.

 

En la matière, et malgré des avancées notables ces dernières années, toutes les institutions partent de loin et nous avons tous encore, à ce titre, à balayer devant notre porte. C’est une condition sine qua non pour progresser. A cet effet, le Département s’impose un devoir d’exemplarité. Cela passe par un travail soutenu de sensibilisation et d’écoute des agents.

Cette année, la collectivité départementale met l’accent sur l’égalité professionnelle, avec différents rendez-vous organisés sur l’ensemble des territoires girondins puis à Bordeaux. De nombreuses thématiques ont déjà été abordées telles que l’accès aux métiers et aux filières genrés, l’évolution et les perspectives de carrière, la formation des agentes et des agents, les procédures de recrutement, les préjugés et le regard des collègues et des managers, l’égalité salariale, etc. Les constats interpellent forcément : conformément aux tendances nationales, les femmes sont par exemple les seules à prendre des congés parentaux, avec les répercussions que l’on connaît sur leur évolution de carrière…

 

D’ores et déjà, des actions concrètes ont vu le jour au Département qui sont autant de premières pierres à l’édifice de l’égalité. Je citerais par exemple la parité au sein du Conseil départemental des jeunes, la mise en place au mois de février d’une cellule d’écoute à destination des agents, la multiplication des formations à destination des managers pour lutter contre les discriminations, la programmation de journées de sensibilisation pour combattre ces dernières, ou encore le développement du télétravail, un des leviers possibles pour permettre aux parents de rééquilibrer vie professionnelle et vie familiale.  

La mobilisation des agentes et des agents du Département lors des rencontres organisées en amont et pendant cette Journée internationale des droits des femmes traduit un intérêt grandissant pour cette cause commune, dont je me réjouis. L’égalité femmes-hommes est l’affaire de toutes et tous.

 

Henri Beyle, mieux connu sous le nom de Stendhal, nous le disait déjà au XIXe siècle, à une époque où la domination masculine faisait loi : « L’admission des femmes à l’égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain ».

Défendre les lignes TER, c’est s’opposer au sacrifice des territoires ruraux

Le Premier ministre a annoncé hier qu’il ne suivrait pas le rapport Spinetta concernant les petites lignes. Pourvu que ces paroles soient rapidement suivies d’effet avec l’annonce d’engagements précis.

Le rapport Spinetta traduit en effet un mépris inacceptable pour toute une partie du pays. Tout se passe comme si les habitants vivant en dehors des espaces urbains ou périurbains étaient condamnés à faire du surplace. C’est un comble ; aux conséquences du manque d’entretien des lignes de proximité par SNCF Réseau depuis des années, il s’agirait de répondre par leur abandon définitif…

 

Plus grave encore, ce rapport reflète une absence de vision globale concernant l’aménagement du territoire.

Pour ma part, je ne peux me résoudre à accepter ce « grand déménagement » du territoire. Les campagnes n’ont pas vocation à devenir des lieux de balade dominicale pour les urbains. Il s’agit de les respecter pour leurs caractéristiques intrinsèques, leurs identités mais aussi d’en reconnaître les fonctions sociétales.

Leur rôle est déterminant en termes de répartition démographique, de multiplicité des activités et d’allocation des ressources (agricoles, eau potable, espaces naturels, réserves foncières,…). De fait, opposer des territoires urbains rentables et des territoires ruraux non rentables est un non sens d’un point de vue humain mais aussi, puisqu’il en est aujourd’hui beaucoup question, en termes d’efficacité.

 

Comme j’ai l’habitude de le dire, la Métropole bordelaise est le cœur battant de la Gironde, les territoires environnants en sont les poumons !

En Gironde, nous sommes déjà confrontés aux conséquences de la métropolisation : embouteillages, pollution et hausse de l’immobilier, condamnant les plus précaires à s’éloigner toujours plus du centre-ville et renforçant ainsi la fracture sociale et territoriale.

La vision de l’aménagement que je porte à la tête du Conseil départemental défend une complémentarité des territoires. C’est ce que nous faisons avec le plan Gironde Haut Méga qui couvrira l’ensemble du département en fibre optique d’ici six ans.

Les infrastructures de transport doivent permettre aux travailleurs et aux entreprises de s’implanter dans des territoires périphériques, sans pour autant pâtir de l’éloignement des centres urbains. Il en va de l’équilibre économique et de la cohésion de notre société.

Les infrastructures de transport doivent aussi permettre une révolution écologique cohérente à l’échelle de tous les territoires. Nous avons un devoir de responsabilité dans l’accompagnement du changement des habitudes de déplacement. Ce devoir ne s’arrête pas aux limites des villes.

 

Enfin, les propos de Monsieur Spinetta laissent penser que le ferroviaire serait un mode de transport du passé. Je crois qu’il est grand temps pour l’ancien patron d’Air France d’atterrir.

Le ferroviaire reste un moyen de transport d’avenir. Néanmoins, s’agissant d’un service public, il paraît aberrant de juger de la pertinence d’une ligne de proximité sur la base des référentiels d’évaluation des grandes lignes. Héritage de notre histoire, les lignes de proximité sont aussi une opportunité à saisir. Il est nécessaire de garantir un réseau en bon état, un cadencement suffisant et un équipement adapté des trains. Plus de confort pour les usagers, c’est plus d’usagers demain.

 

Dans bon nombre de territoires, le ferroviaire reste le meilleur moyen de lutter contre le tout-voiture. C’est le cas de Ste-Foy-la-Grande où je me suis rendu lundi dernier pour annoncer la participation du Département à la rénovation de la ligne TER Libourne-Bergerac, aux côtés de la Région et des autres collectivités locales. Pour se rendre à Bordeaux, il faut actuellement entre 1h30 et 2h en voiture, c’est 1h10 en train et demain ce sera 40 minutes une fois la ligne rénovée.

 

Pour conclure, défendre les lignes TER c’est s’opposer au sacrifice des territoires ruraux. Seul un changement de la perception à leur égard permettra de lutter contre le sentiment d’abandon et d’exclusion du monde rural sur lequel prospèrent les votes extrêmes.

"Ayez confiance ..."

IMG2163L’hypnose a encore de beaux jours devant elle, et nous en avons eu une belle preuve au Congrès des Départements de France à Marseille.

« Ayez confiance, ayez confiance… » : un mantra répété à l’envi en cette dernière journée de congrès par Jean-Michel BLANQUER, Ministre de l’Education Nationale, et par Édouard PHILIPPE. Le premier a prononcé plusieurs fois ce terme de confiance en déclinant la feuille de route de son Ministère.

Lire la suite...